Historique Trou du Coeur

Le trou est découvert par les cyclopes qui y ont fait une tentative de désobstruction (1964 ?) comme l'attestent deux boites de conserves vides pour creuser et une inscription.
Visite en juillet 1978 par le GUS (Groupe Ulysse Spéléo) et topographie en septembre 1978.Bourgin avait mentionné l'existence de la fontaine de l'enfer (dans un de ses nombreux rapport) sur le Vercors bien avant cette exploration.
Le GUS avait tenté la désobstruction au terminus de l'époque (-50) et avait découvert un petit vestibule amont aval, mais ils n'ont pas eu le temps de le topographier, le boyau de sable s'étant rebouché entre temps.

Quelques années plus tard (1980 ?), le CAF de Grenoble, tente une nouvelle désobstruction. Il découvrent a nouveau la petite galerie, explorent l'amont et trouvent un bac, mais aucune trace n'atteste un chantier vers l'aval.ils abandonnent mais remarque une circulation d'air.

En 1988, Alain, Sylvain et moi explorons a nouveau la cavité et creusons une nouvelle fois le boyau qui se rebouche mais sans connaître les visites précédentes.
Nous débouchons également le passage et arrivons devant le bac dans la petite salle.
Nous remarquons la présence de bois et pensons qu'ils y a peut-être une relation avec la fontaine de l'enfer.La suite semble compromise, nous n'envisageons pas de continuer un chantier.

Plus tard (le 12 Novembre 2000) nous retournons a ce trou. Notre motivation est plus grande, car nous avons étudié beaucoup mieux le secteur et nous avons réexploré a fond Roche chalve (qui passe à 4200m de développement pour -150) et découvert le Grizzly (-436). Nous avons cherché à passer dans l'urgonien mais sans succès.
Nous espérons passer cette barrière que constitue le siphon de roche chalve, et également la couche de lumachelle qui emmène les eaux vers la résurgence du pont des olivets.Nous creusons une nouvelle fois le boyau, mais des ustensiles (pelle et râteaux) récentes témoignent d'une précédente visite. Nous en trouvons avant et derrière le bouchon de sable.Nous décidons d'entreprendre le chantier qui suit et relevons la topographie.Nous y retournons a quatre reprise et creusons pas moins de 12 mètres de galerie. Derrière nous débouchons dans une conduite forcée calcitée, qui nous emmène aux premiers ressauts et vers la suite.
Nous voilà partis pour -460, et vers une des plus belle rivière du Vercors.